OPTIS et GravityLight développent une nouvelle solution d’éclairage

Coopérer pour offrir des sources d'énergie ingénieuses à ceux qui en ont besoin.

20 septembre 2016 | Clients

GravityLight
A la recherche du changement

La fondation GravityLight a relevé le défi de remplacer l’utilisation de lampes à kérosène dans les pays en voie de développement. De nos jours, 20% de la population mondiale n’a pas accès à l’électricité. Cela représente près d’une personne sur cinq. Sans électricité, la plupart de ces personnes n’ont pas d’autre option que d’utiliser des lampes à kérosène pour éclairer leur quotidien. Le but de la startup est donc de bannir ces lampes, en développant un tout autre système lumineux, à bas coût. L’idée est de créer un objet innovant qui génère de la lumière grâce à la gravité. GravityLight est une lampe créant une lumière propre, fiable et sûre, permettant aux gens de se libérer des risques environnementaux, économiques et sanitaires causés par les lampes à pétrole.

 

Utiliser SPEOS pour obtenir un produit fiable

Jusqu’à lors, la Fondation GravityLight a utilisé SPEOS – un logiciel de simulation optique basé sur les lois de la physique et de la vision humaine – comme outil de test, au travers de l’étude de la SatLight. Cette solution logicielle constituait un moyen pour l’équipe caritative de tester plusieurs aspects du produit en modélisant la lumière.

 

 

« Nous avons travaillé avec cet outil pour obtenir une impression de lumière, émise par la géométrie » explique Rob Butterworth, ingénieur concepteur au sein de la fondation. « SPEOS nous a donné l’occasion de nous assurer que le design existant était réalisable et que nous pouvions concrétiser notre idée. L’enjeu était d’augmenter l’intensité de la lumière sur une surface restreinte, comme l’aurait fait un spot ».

 

Ainsi, SPEOS s’est non seulement avéré être un outil décisionnel important, mais il a aussi conforté les membres de l’association sur le fait que le design de leur prototype était viable.

 

 

« Cela nous aidé dans notre phase de développement encore une fois, car les rendus obtenus ont renforcé l’idée que la conception initiée jusqu’à lors serait fidèle ce que nous avions prévu ».

 

En effet, grâce à SPEOS, la Fondation GravityLight est en mesure de maîtriser pleinement la qualité et l’impact de l’éclairage, en créant des lampes uniques défiant les lois de la gravité.

 

“Améliorez la qualité de vie de certaines personnes grâce à la lumière et l’innovation ”

A l’avenir, la fondation britannique espère développer une nouvelle génération de GravityLamp. Ce projet sera alors l’occasion de résoudre certains problèmes liés à leur éclairage, grâce à l’utilisation de SPEOS.

 

 

« SPEOS nous sera très utile désormais pour avancer et développer l’activité de GravityLight. Ce sera notamment le cas quand nous devrons modéliser la géométrie des lentilles de nos futurs produits. Nous pourrons ainsi simuler la distribution de la lumière et tester plusieurs types de lentilles, évitant le prototypage physique à la fois coûteux en temps et en argent. Les solutions OPTIS nous permettront également d’obtenir des données physiques réelles pour un éclairage donné ».

 

En attendant, OPTIS continue de s’investir dans ce projet. Jacques Delacour, PDG de l’entreprise OPTIS commente: 

 

« Nous sommes très heureux de pouvoir contribuer au développement de ces systèmes d’éclairage pour le moins ingénieux. Les logiciels OPTIS sont essentiellement basés sur les lois de l’optique et de la physique, et GravityLight est un compromis très intéressant entre les deux. Aussi, accompagner la fondation dans un tel projet nous tient particulièrement à cœur car cela permet d’améliorer le confort de vie de certaines personnes au travers de la lumière et de l’innovation, qui sont des lignes directrices incontestables de l’activité d’OPTIS ».

Ainsi, permettre à ces deux idées complémentaires (la simulation de la lumière et la gravité, toutes deux basées sur la physique) et de coopérer en alliant physique, lumière et technologie, permet d’amener la lumière là où elle manque.

 

Téléchargez le communiqué de presse ici !